Lors de mon premier voyage au Sénégal, j’ai redécouvert un fruit que je pensais pourtant bien connaître : la noix de cajou ! En revanche je préfère vous prévenir tout de suite, le goût est puissant, parfumé et sucré, mais la texture est vraiment particulière.

Voyager de Thiès à Banjul

Voyager du Sénégal à la GambiePour resituer le contexte, je suis parti de Thiès en direction de Banjul en Gambie et cela faisait déjà un bon moment que je voyais des marchands locaux vendre des petits sacs de noix de cajou. En général les petits vendeurs ne proposent que des produits locaux. Cela voulait donc dire que les noix de cajou venaient de la région. Je commençais à me demander comment poussait une noix de cajou. Je ne sais pas pour vous mais personnellement je ne m’étais jamais vraiment demandé sur quoi poussait une noix de cajou avant. Là, à force d’en voir partout, ça commençait vraiment à m’intriguer.

Sénégal/Gambie Une frontière difficile

À cette époque la Gambie avait augmenté les taxes pour les transporteurs sénégalais à la frontière, ce qui avait entraîné un rassemblement de transporteurs. En réaction le « président » gambien, vexé par ce rassemblement, avait un peu verrouillé la frontière et je n’étais alors pas certain de pouvoir passer en Gambie. Pour cette raison un Sénégalais nous accompagne jusqu’à la frontière pour nous présenter un transitaire qui devrait faciliter le passage en Gambie.

La végétation Sénégalaise

Toute la région au Sud de Fatick est très plate et cela forme des grands lacs à la saison des pluies. Malheureusement pour moi la saison des pluies au Sénégal correspond à l’été en Europe, et là nous étions fin mars et tout était sec. Quand je n’étais pas au milieu des lacs, la végétation prenait des allures de savane avec de grands baobabs et de petits arbustes. Par moment on pouvait aussi voir de très grands arbres feuillus (presque aussi gros que les baobabs) avec des fruits verts qui pendaient en abondance, au bout de petites tiges de 5 à 10 centimètres. En y regardant de plus près et après avoir demandé vérification à Radim (notre ami Sénégalais) ces fruits sont … des mangues !
Mais ici encore je n’avais pas de chance, car elles ne seraient mûres que fin avril.

Cajou, le fruit méconnu

C’est alors que Radim m’indiqua un autre arbre très présent aux alentours. Aussi gros que le manguier, mais les fruits de celui-ci étaient déjà murs et arboraient des couleurs variant du rouge écarlate au jaune citron. Radim n’arrivait plus à trouver le nom de ce fruit en français et je n’avais encore rien vu sur les étales qui ressemblait à ça.

Mais quand nous sommes arrivés sur la N5 qui va de Kaolack à Karang, la route était en travaux ou inexistante par endroit, ce qui nous obligea à prendre la piste. C’est ici que j’ai finalement trouvé ce fruit étrange à porter de main.

Avec une forme de petite pomme et une peau de texture semblable à celle d’une pèche, ce fruit est vraiment très particulier. Il a une odeur très forte semblable à d’autres fruits exotiques bien mur mais le plus étrange c’est la petite coque verte qui est accrochée en dessous. La forme de cette partie me fit tout de suite penser à une noix de cajou et c’est en entendant « Cajou » que Radim réagit : « c’est ça ! C’est le cajou ». On était enfin fixé !

Ils mangent le fruit ou le pressent pour faire un jus. Généralement ils ne boivent pas le jus frais mais le font plutôt fermenter pour obtenir un vin. En parallèle ils récupèrent aussi la noix qu’ils font torréfier puis ils enlèvent l’écorce grillée pour récupérer ce que nous connaissons sous le nom de noix de cajou.

Un fruit dangereux

Attention cependant ce fruit ne se mange pas n’importe comment, et il y a une raison à cela.

Il ne faut surtout pas mettre le cajou en contact avec du lait ! Si vous voulez vérifier, trempez un bout de cajou dans du lait et vous verrez instantanément une réaction effervescente. Radim m’a expliqué qu’il y avait une réaction chimique qui se faisait entre le fruit et le lait, formant une toxine mortelle.
Néanmoins ceux sont des régions où on ne trouve pas beaucoup de lait donc si vous êtes au courant du problème, ce n’est pas vraiment difficile de ne pas manger de lait en même temps ou dans la même journée.